L'assurance-vie : l'indispensable produit d'épargne pour de nombreux projets

L'assurance vie, le produit épargne préféré des français

Avec près de 18 millions de détenteurs de contrat et 1.876 milliard d'euros d'encours, l'assurance-vie reste le contrat d'épargne privilégié des français. Elle doit son succès à sa souplesse, sa disponibilité et sa fiscalité avantageuse. L'assurance-vie est principalement utilisée pour épargner de l'argent dans l'objectif de valoriser son épargne, se constituer un capital sur le long terme, anticiper un projet immobilier ou préparer sa retraite.

L'assurance-vie, le couteau suisse des placements

Un contrat d'assurance-vie est un dispositif d'épargne qui permet au souscripteur de se constituer un capital. Sa particularité est qu'il permet de désigner un ou plusieurs bénéficiaires en cas de décès de l'assuré et offre une fiscalité très avantageuse.

L'assurance-vie répond à de très nombreux objectifs :

  • se constituer un capital progressivement,
  • diversifier ses placements,
  • protéger ses proches,
  • financer l'acquisition d'un bien immobilier,
  • transmettre à ses enfants.

Les avantages d'un contrat d'assurance-vie

Un produit d'épargne flexible et sur mesure...

Le contrat d’assurance-vie est un produit d’épargne à moyen/long terme particulièrement flexible. Un versement initial est obligatoire à l’ouverture. Ensuite, le souscripteur a le choix d’effectuer des versements, réguliers ou non, sans limites de montant, conformément à son contrat. Par exemple : vous pouvez ouvrir un contrat d'assurance-vie avec 10 000 € et ne faire aucun versement par la suite.

Le contrat d'assurance-vie vous permet également d'investir sur de nombreux supports : SCPI, produits structurés, OPCVM, supports immobiliers ou encore monétaires... Cela permet donc de faire une allocation sur mesure et en cohérence avec votre profil de risque. Par exemple : une personne avec un profil de risque défensif n'aura pas la même allocation qu'une personne avec un profil dynamique. On notera toutefois que la répartition des sommes dans le contrat n'est pas figée. En effet, il est tout à fait possible de réaliser des arbitrages.

...et non bloquée

Contrairement aux idées reçues, les fonds présents sur un contrat d'assurance-vie ne sont pas bloqués. En effet, les retraits et les versements sont totalement libres. En revanche, la date à laquelle interviennent les rachats partiels ou total du contrat a une incidence sur la fiscalité aux intérêts et plus-values perçus.

La fiscalité de l'assurance-vie

Durant la période d'épargne, l'assurance-vie n'est imposée que sur les gains perçus. C'est-à-dire que vous êtes imposé uniquement s'il y a rachat partiel ou total de votre contrat.

Durée du contrat Fiscalité des primes versées après le 27/09/2017
Contrat entre 4 et 8 ans Imposition sur les revenus
ou
30% (12,8% de PFU + 17,2% de PS)
Contrat > 8 ans Abattement de 4 600 € pour une personne seule ou 9 200 € pour un couple
Au-delà
Primes < 150 000 € = 24,7% (7,5% de pFU + 17,2% de PS)
Primes > 150 000 € = 30% (12,8% de PFU + 17,2% de PS)

Fiscalité en cas de décès

Pour le régime en vigueur, c'est-à-dire pour tous les contrats souscrits après le 13 octobre 1998 :

  • Avant 70 ans, abattement de 152 000 € par bénéficiaire, puis 20% d'imposition jusqu'à 852 500 € et 31,25% au-delà de 852 500 €.
  • Après 70 ans, abattement de 30 500 € sur l'ensemble des contrats et pour l'ensemble des bénéficiaires. Les intérêts ne sont pas intégrés dans la succession.

À savoir : Si aucun bénéficiaire n'est désigné, le capital décès du contrat entre dans l'actif successoral et ne bénéficie alors plus de son régime particulier.

Même s'il est possible d'effectuer des rachats à tout moment, il est recommandé de conserver son contrat d'assurance-vie sur du moyen-long terme compte tenu de sa fiscalité.

  • En cas de rachat, vos plus-values seront soumises à une imposition qui dépendra de l'ancienneté du contrat et de la date des versements.
  • Après 8 ans, un rachat partiel ou total permet de bénéficier d'un abattement annuel de 4 600 € pour une personne seule ou 9 200 € pour un couple.

Une fiscalité du décès avantageuse

Un contrat d'assurance-vie n'est pas soumis aux règles légales de succession. En effet, le souscripteur peut désigner librement les bénéficiaires de son contrat. Ainsi, la ou les personne(s) désignée(s) toucheront les sommes présentent sur le contrat d'assurance-vie au moment du décès du souscripteur. De plus, le souscripteur peut répartir les sommes par parts égales, ou non, entre les bénéficiaires. Aucun lien de parenté n'est exigé pour désigner le bénéficiaire. De plus, la clause bénéficiaire peut être changée à tout moment par le souscripteur et autant de fois qu'il le souhaite.

Le contrat d'assurance-vie est exonéré de droits de succession jusqu'à 152 000 € par bénéficiaire.s pour tout versement avant 70 ans.

Comment fonctionne une assurance-vie ?

L'assurance-vie se compose de deux "poches" différentes, elle est dite multisupport :

  • une partie des fonds sur le fonds en euro (SCPI, produits structurés, OPCVM, supports immobiliers ou encore monétaires) : le capital investi est garanti (hors frais de gestion);
  • une partie des fonds sur les supports en unités de compte : le capital n'est pas garanti. En revanche, le potentiel de rendement est plus important que sur le fonds en euro.

Il existe également 3 modes de gestions :

  • La gestion libre : En fonction de votre profil investisseur, vous répartissez vous-même votre épargne sur les différents supports disponibles. Vous gérez votre contrat en toute liberté.
  • La gestion sous mandat : Vous déléguez la gestion de votre contrat à une société de gestion homologuée par la compagnie d'assurance. En fonction de votre profil investisseur, elle choisira les supports adaptés à votre profil de risque.
  • La gestion conseillée : Bon compromis entre la gestion libre et pilotée, la gestion conseillée permet de bénéficier de préconisations de professionnels pour orienter votre épargne en fonction de la situation des marchés, en tenant compte de votre profil de risque. Des avis sont transmis plusieurs fois par an, tout en vous laissant libre de suivre ou non ces recommandations.

Quand souscrire à un contrat d'assurance-vie ?

Il n'y a pas d'âge minimal ou idéal requis pour souscrire à un contrat d'assurance-vie. Selon les objectifs, les besoins et l'âge du souscripteur, le contrat pourra être mis en place dans le but de bénéficier d'une fiscalité avantageuse, se constituer un capital pour construire son patrimoine ou préparer sa retraite... Toutefois, il est recommandé de prendre date sur un contrat d'assurance vie le plus tôt possible afin de faire courir le délai pour la fiscalité. En effet, ce n'est pas la date de versement qui compte mais la date d'ouverture du contrat.

Il n'y a pas d'âge maximal non plus. Toutefois, il est important de noter qu'au-delà de 70 ans, le régime fiscal du contrat d'assurance-vie change.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Les supports en unité de compte présentent un risque de perte en capital.

Vous souhaitez en savoir plus sur le contrat d'assurance-vie ? Rendez-vous sur notre site internet !

Vous souhaitez souscrire à un contrat d'assurance-vie ?

Notre équipe vous conseille et vous accompagne pour trouver le placement qui correspond à vos attentes, besoins et objectifs.

Contactez-nous !